30/04/2021

En mars dernier, le conseil municipal a voté son premier budget. La situation économique de la commune est saine. L’exercice 2020 a permis de dégager un excédent de fonctionnement de 329 000 €. Malgré le coût de la crise sanitaire et le manque de recettes des locations de salles et du café-restaurant, l’excédent est équivalent à celui des années précédentes. Ce résultat va nous permettre de réinvestir une partie de cette somme dans les projets 2021.
 
Nous ne changerons pas les taux d’imposition communaux ; le contexte économique nous incite à la prudence et à tenir compte d’une précarité de plus en plus présente. Concernant le niveau d’endettement de la commune, celui-ci est maîtrisé. Le montant de la dette par habitant, qui est un indicateur référence, est de 451 € pour La Regrippière, contre 612 € pour les communes de 500 à 2 000 habitants au niveau national en 2019.
 
Pour 2021, la commune dispose d’une capacité d’investissement d’environ 600 000 € dont 350 000 € sont prévus pour l’autofinancement de la future périscolaire prévue milieu 2023, ce qui représentera environ 1/3 du budget total de l’opération.
 
En dehors de la construction du nouveau lotissement du Souchais, les commissions ont présenté leurs différents projets pour cette année : réfection de la toiture de l’école publique, travaux extérieurs et intérieurs de l’église, sécurisation des axes routiers dans le bourg et en dehors, entretien des routes et des réseaux, finition de l’aménagement des abords de la salle des sports, création de places de parking végétalisées dans un lotissement, agrandissement des bassins d’orage en aval du lotissement des Corbetières avec la mise en place d’un éco-pâturage, aménagement du cimetière et d’autres projets qui seront développés tout au long de l’année….

Au niveau de la communauté de communes, les projets se mettent également en place. Notre station d’épuration (coût estimé environ 1,445 million d’euros) sera opérationnelle à l’automne ; nous serons équipés pour l’augmentation de la population. Néanmoins, il y a encore trop d’assainissements autonomes non conformes, voire absents, sur le territoire. Si nous voulons des rivières saines et un environnement de plus en plus propre, les contrôles seront renforcés lors des ventes immobilières et des contrôles seront renouvelés chaque année en cas de non-conformité, avec des tarifs réévalués et incitatifs aux mises aux normes. En contrepartie, les conditions seront assouplies en ce qui concerne les aides à l’installation pour les revenus les plus modestes.
 
Autre grand projet, la mise en place d’une école de musique intercommunale qui remplace les écoles de musique de Vallet et de Divatte sur Loire. Dorénavant, les Regrippiérois pourront bénéficier du même tarif que les autres habitants des communes de la CCSL, la communauté de communes prenant à sa charge une grande partie du coût de l’enseignement. De plus, les musiciens pourront bénéficier du nouveau bâtiment de l’école de musique à Vallet à la reprise des cours.
 
Nous sommes solidaires de nos viticulteurs qui ont subi le gel début avril, une difficulté de plus pour la profession. Nous souhaitons tous une sortie de crise rapide pour reprendre notre vie d’avant avec l’arrivée des beaux jours. En attendant, prenez soin de vous et de vos proches.
 
Pascal EVIN